Cet article au titre paradoxal aurait aussi pu s’appeler:

Je suis à la rue, à cause de ma timidité mais c’est cool !

Bon commençons

Comment j’en suis arrivé là ?

Pour commencer j’ai le statut d’étudiant et je cherchais un logement pour l’année scolaire.

Problème, je n’aime pas parler aux gens et encore moins par téléphone. Du coup, nous voila déjà fin août avec une belle liste d’opportunités, des arguments pour chaque et une perte définitive de motivation après seulement 3 refus.

Bref. À ce moment je tombe par hasard sur des vidéos de camper van. Des fous qui passent leurs vies sur la route dans un camping car ou un van aménagé. Et là, c’est le dé-clique; je me dis que j’ai une petite voiture trop gentiment financée par mes grand-parents, donc je vais tenter le coup.

Et depuis maintenant 3 mois, je vis dans ma voiture aux dépens de la société.

Le minimalisme

La première chose qui change c’est l’espace. Quand on vit dans moins de 6m², chaque rangement est important et on se rend vite compte de ce qui nous est utilise ou pas.

Résultat, une application un peu brutale du minimalisme mais qui simplifie la vie au plus haut point.

Nomade et sédentaire

Et oui car en tant qu’étudiant, il faut bien au moins occasionnellement se rendre en cours. Donc changer de ville est presque impossible. Mais je peux m’installer où je veux et je suis loin d’avoir fait le tour de tous le bon spots pour se garer.

Étudiant, le statut rêvé

J’ai rapidement réalisé qu’être étudiant permettait de vivre en tant que nomade presque facilement et avec un confort acceptable. Et tout ça aux dépens de notre petite société sédentaire.

En bazar:

  • Resto U : Des repas chauds équilibrés à un prix abordable
  • Des Toilettes, c’est super important
  • Des prises électriques en libre accès
  • Une douche ? Il suffit de s’inscrire à 2-3 activités sportives et l’on peut profiter des équipements du gymnase qui vont avec.

Des petits conseils en vrac / van

Essayer de garder le véhicule propre et de ranger le plus possible, ça permet d’éviter les soupesons.

Trouver un parking avec des toilettes ou être équiper au cas où, c’est toujours utile.

Une voiture en hiver est un frigo plus qu’acceptable, alors pas de glaces mais pour quelques fruits et légumes aucun problèmes.

Les difficultés

Mais le monde n’est pas tout rose non plus. Au départ enfin quand le froid arrive, il faut invertir un peu: un bon sac de couchage, des couvres vitres isolants. Mais bon, sans un véhicule bien isolé (ce qui n’est pas mon cas), j’admets qui fait un peu froid en dehors du duvet. Mais on s’y fait et on finit même par ne plus s’en rendre compte.

Le vrai problème c’est l’humidité, le froid sec seul n’est pas si dérangeant par-contre l’humidité s’installe dans la voiture et avec lui, la buée. À partir de là tous les moyens sont bons pour s’en débarrasser. Déshumidificateur ? Getter la météo pour aérer dès que le soleil se pointe.

Le regard des autres ? Et jusque tout va bien, il faut quand même éviter les stationnements gênants, parkings trop peuplés et les zones résidentielles mais à par ça la nature est à nous. Et l’on repère rapidement ses petits coins favoris ainsi que d’autres nomades souvent très accueillants.

PS: Je ferais sûrement un retour sur ce post après l’hiver pour voir les évolutions. Mais jusque-là c’est pour moi, un nouveau mode de vie qui me convient pleinement.

– Un nomade plutôt statique –